webleads-tracker

Armement des agents de sécurité : renforcement létal et non létal à maîtriser

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’information qui aurait, il y a quelques années encore, fait l’effet d’un bombe est passée comme une lettre à la poste ! Dans ses tout derniers textes de loi, le dernier gouvernement (socialiste qui plus est !) du Président sortant a donc réussi à faire passer des textes de loi ouvrant la porte à l’armement du privé ! Sous conditions certes drastiques, mais permettant bel et bien d’envisager en 2018, suite à publication des décrets d’application, de voir exercer des entreprises strictement spécialisées employant des agents «exclusifs» disposant de la carte professionnelle «armement».

Si les organisations patronales se sont jusqu’ici montré pour le moins prudentes… c’est bien Alain Bauer, Président du CNAPS, qui le premier a annoncé l’ouverture du chantier au lendemain même des attentats du 15 novembre 2015.

Mais au-delà de l’armement avec arme de poing qui sera malgré tout restreint, réservé aux entreprises strictement spécialisées, et à tel point encadré que difficilement rentable, cela prouve combien la société civile à fait désormais sien le recours au privé pour la sécurité générale.

Armement agent de securite Armement des agents de sécurité : renforcement létal et non létal à maîtriserTonfa, autres matraques et
bombe de défense bientôt autorisées

Au point même que l’Assemblée Nationale sortante, ne craignant aucun tabou et sans en référer le moins du monde aux professionnels, est allée plus loin encore en permettant — en sus de l’armement létal strictement encadré — aux agents privés de se défendre et se protéger. Alors que jusqu’à présent ils jouissaient uniquement de la légitime défense comme tout simple citoyen !
Tonfa et autres matraques et bombe de défense vont donc faire leur apparition.

Il y a pour le moins de l’accélération dans l’air car les professionnels sérieux savent combien cela exigerait de formation et de maîtrise.
Et les financiers comme les clients savent aussi que formation suppose budget. Alors que la profession se plaint de ne pouvoir financer l’obligation de Mise à niveau des compétences (Mac) tous les 5 ans lors du renouvellement de la carte professionnelle… on peut craindre le pire.

 

> Plus que jamais, il faudra avoir recours à un prestataire référencé, certifié, labellisé car — et les donneurs d’ordres sérieux et respectueux le savent —, la coresponsabilité sera plus que jamais de mise.

Mais une chose est certaine : si ce n’est pas encore la dérégulation, c’est la révolution en marche pour le secteur de la sécurité privée ! De ce côté, rien de nouveau chez BSL.